•  

     

    Verger de notre vie  

    enclos de terre              

    jardiné à fleurs de nuages

     

    Paysage

    tissé

    à d’autres paysages

                                  

     

    En fauchant

    les broussailles   

    fâcheuses

    de notre héritage

    parviendrons-nous       

    à le maintenir                 

    enchanté?

     

    Cette terre jalonnée

    de fruits sucrés

    comme des rencontres

     

    Sucrés parfois

    parfois surets

     

    Mais tous

     

    Matière d’humus

    nourrissant

    notre sol

    d’une richesse essentielle

     

     

    Nos cieux lumineux    

    et ceux d’orages                                           

    sont semences plantées 

            

    Peut-être promesses 

                 

    Mais avant tout

    moisson

    moisson immédiate de beauté             

     

     

    Un labeur  

    de toute heure      

    sarcler sans relâche 

    le sens des rires et des malheurs

     

    Extirper l’épine de stupeur

    dans le cœur du temps

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Dans les dessous

    éclatants du soleil

    la nature a tous ses sens renversés

     

    Dans le bois

    un édredon de blancs pollens

    les flocons remontant vers le ciel

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Je danse

    me nourrissant

    du flow de la Terre

     

    Langages

    dénudés

    pieds  oreilles cœur

    faisant parler le tambour

    sa peau tendue de poussière

    disent le flux de la vie

     

    Mon corps 

    groove en cadence

    chaque pas tel un battement

    cherche à s’accorder à son pouls

    à notre mystère

     

    Je transe

    naissant rythmes originaires

    invoquant un ailleurs du temps

    suspendu au feu de la danse

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Je vague

    sur le rivage de la nuit

    flottant sur la baille de mes songes

     

    Intervalle entre deux mondes

    moment d’une délicate intensité

    le temps devient océan intérieur

     

    Espace inconsistant dense pourtant

    sans repères

    sans limite

    et sans bruit

    autres que ceux de l’ailleurs

     

    Bruissements 

    embrouilles et murmures

    là près loin

    à l’orée d’un outre-monde

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    FORÊT XV

     

     

    Laissez-moi marcher

    poser mes pas

    à l’écoute de la Terre

     

    Elle fructifie l’héritage

    espoir et souffrance

    ténacité au bonheur

    de nos innombrables à jamais transformés

     

    Puiser l’admirable

     - énergie nourricière - 

    sérum perfusé par cet humus qu’est la terre

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  • Livre unique créé pour l'exposition ' écritures' à la Géry Art Gallery de Namur.

    35 x 35 x 45 sur papier du moulin de Larroque . 2017

    Poèmes de Géry Lamarre. Création et peintures de Michèle Riesenmey.

     

     

     

     

     

     

     

     

        

       

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Vastes paysages

    étendues infinies

    aux banderoles de brume

    dans la lande

    ses horizons délavés 

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    J’ai installé mes livres

    de poésie

    dans mon ancienne cheminée

    non pour les farenheiter

    mais sont mon foyer de joie

     

    Et mon chien

    quasi aveugle

    bien souvent

    s’installe devant

    les renifle

    leur fait face

    un long moment

    hésitant

    comme s’il les étudiait

    lisait les dos

     

    Ne saurait-il lequel choisir ?

     

    Se pourrait-il que

    même fermés

    il émane de ces livres

     

    un feu de vie ?

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •                  

                             DÉCOUPE DANS LE RIDEAU DE NUIT

     Pointe de Vénus, Papeete

     

     

    Derrière le rideau des cieux

    tendu lissé de tout pli

    le soleil doucement disparaît

     

    C’est l’heure bleue

    où le contour du Mont Orohena

    se découpe en horde d’ombres

     

    En dégradé de nuit

    s’animent des silhouettes

    nimbées par l’oraison de la lune 

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    LES ÂMES VOLUTUEUSES

    Temple de Longshan, Taïpeï

     

    Quartier de Wanhua

    temple du Long

    messager de l’or temps

    renaissant de ses cendres

     

    Dessins de riz

    offrandes de fleurs et de fruits

    parsèment halls et salles

     

    Mille requêtes

    spirales suspendues

    luminaires d’oliban

    et bosquets d’encens

    de temporaires présents

     

    Leurs volutes

    des dragons s’élevant dansant

    légers sur les boiseries ciselées

    vers le rouge soleil des prières                    

     

    Ici dans la tolérance

    se côtoient les dieux

    des trois écoles d’orient

    Matzu douce et tempêtueuse

    Guanyin la blanche aux mille yeux

    Guan Yu le boddhisattva guerrier

     

    Dans cet interstice inondé

    d’une multitude reliée en présence

    je me sens dans un monde autre

    à l’intérieur d’un autre monde

     

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires