• L'énigme de la nuit

     

     1. 

    J’ai. Écouté. La nuit. Fatigué. Par le brouhaha du monde. Dans. La maison. Chuchotant sa pénombre. C’était. Un recoin. De vie. Discrète. À peine audible. Murmure. D’une rivière souterraine. Où le temps. Devient. Océan intérieur. Une conscience. Inconsistante. Et dense pourtant. 

    Sans repères.  

    Sans limite.  

    Et sans bruit. 

    Sans défense nuit s’avance. 

     

     

    2.

    Longtemps. Si longtemps. La nuit m’attendit. De pied ferme. Sachant que. Mon inquiétude. Me laissait. Statue de sel. Face. Au vieux rideau. De mes rêves. Elle m’attendit. M’attendit. Sachant mes esquives. Son aile. Posée. Sur mon épaule. Délicatement. Puis. S’envolait sans bruit. Exquise. Elle se savait. Réponse guerrière. Aux jours. Et ne doutait. Que son heure. Viendrait.

     

     

    3.

    À la lisière de la nuit. Était. Cet. Entre deux. Vies. Et. Son esprit. Était là. À l’affût. Sa présence. Son aura sauvage. Tapi. Dans l’ombre des clameurs. Son esprit. Animal. Totem. 

    Son esprit. Avec. Cet effet de.

    Là. Près. Loin. À l’orée d’un outre-monde. À l’orée d’un autre monde.

    Nous apprîmes. À nous dompter.

     

     

    4.

    À Force de partages. La nuit. Se révéla. Être. Plus rugissante que le jour. Elle portait en elle. Sa propre lumière. À Force de partages. Elle transforma. Ses rugissements. En moments. De songeuse intensité. Transforma. Les lambeaux de brume. De la jungle. En lianes-pensées. Déliées. Et patiemment. Étendit le voyage.

    C’est alors. Que la nuit. Devint une amie. 

     

     

    5.

    Cascadent claires

    tintent secrètes les eaux

    de nos souvenirs