• Volets fermés

     

    Seul perçant l’obscurité

    de mes draps de rêve

    le souffle puissant

    de cet animal

    sauvage

     

     

    Fabuleux et sauvage

    souffle profond de vies mille et une

    de dragon insoucieux

    arbres sur son errance las

    transformés en gisants

    flots ailleurs démontés

    reliefs au buffet

    de notre présence

     

     

    Mais ici cette nuit

    son souffle

    flaire les interstices

    de mes volets fermés

    et les vitres d’effroi

    fait crisser

     

    de réjouir mon être archaïque

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  • S’ouvrir

    aux vents des plaines

    dans ses sens dans son sang

    les ressentir

    pulsation de liberté

     

     

    Frères vents

    vous

    vos hardiesses

    et mélopées

    visage buste envolés

     

     

    Houles plaines

    de blés en liesse

    agitées de forêts

    leur souffle - mots

    aux trilles mystérieuses

    continuellement perce

    mes lignes d’étonnements

     

     

    Favre Claude

    la poétesse

    un jour nous demanda

    quels poèmes

    appris en cœur

     

     

    Ce chant-là

    celui de Vents

     

     

    Vers

    ces quatre premières lignes

    chaque mesure

    chaque stance

    et silence

    danse en mes lignes de vie

     

     

    Mue merveilleuse

    tatouant l’ado de mes frêles peaux

    tout autant

    que le cuir des années nombreuses

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  • Inondés de forêts

    les coteaux plongeaient

    entre plaines et marais

    domaine ancestral des Morins

     

     

    Sept ans enfant 

    dans le temps suspendu

    des plaines immenses

    je découvris

    l’impalpable

    présence

     

     

    Présence qui

    m’emmena

    m’emmène encore

    sur le dos de l’invisible

     

     

    Voguant les vents

    m’isolant en eux

    ils m’acheminaient

    aux îles de quiétude

     

     

    Leurs flux et reflux

    blés frémissants

    malicieux chahutaient

    l’esquif de mon enfance

     

     

    Chaque rafale

    devint jeu

    feu

    dont je fis mesure

    pour découvrir le sens

    de mes errances

     

     

    Esquives

    dans l’étrange archipel des hommes

     

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  C’est sillonner le temps

    et ses silences

     

     

    Temps vertical

    des couches de feuillages

    morts strates d’Histoires

    grandes et infimes

    en travail de mémoire

     

     

    Temps vertical

    de ces veilleurs

    qui se trémoussent

    cieux dans les cieux

    avec cet entrain paisible

    qui dépasse nos vies

     

     

    Et ce temps

    horizontal

    celui des vents

    qui entraînent dans leurs bras

    ces grands danseurs sans élan

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique