• L'étoffe des mots 

    Projet L3V par la Mt-galerie

    3 livres Leporello ( 3 volets recto verso sur papier vélin Gerstaecker 200 gr.). Les peintures et encres de Michèle Riesenmey.

    livre n°3

    Partager via Gmail Blogmarks

    1 commentaire
  •  

    Liminaire

    Oujda, Maroc

     

     

    Un violent soudain a suffoqué mon rêve ce matin

    je me réveille la gorge enserrée devancée par ce que

    je sais être plus qu’un mauvais songe

     

    Une bouffée d’appréhension a mis mon cœur

    en rêves détachés dans ce matin blanc ensablé

    errance confuse Oujda s’éveille pourtant à l’identique

     

    Errance dans la maison suspendue confusion   

    dans cette matière à chaux zébrée des rayons du soleil,

    les minutes s’enrayent chaque pensée semble hésiter

     

    Un fil conducteur relie l’invisible à l’insupportable

    qui en devient presque palpable lancinante déchirure      

    lentement démontée mise en suspens dans la texture du temps

     

    Un violent soudain lacère cette aube figée 

    le fixe gifle le silence !    Laisse-le!     Ne décroche pas ! 

    ne donne  pas … pas … pas   corps aux mauvais songes !   

     

    Je ressens l’autre extrémité du téléphone ma mère

    son désemparé les kilomètres de larmes ce relié qui prolonge

    le fil des mots pendus au fil de mon père suspendu

     

    *  *  *

        1.

     

    Quel destin ciseler ensuite ? Une vie remake des

    pas de toi jusqu’à ce qu’ils en deviennent poussière 

     

    Essayer de repriser ces jours éperdus de fragile  

    et tes habits d’argile en sonder les points de rupture

     

     Ce costume en prendre la charge et la désamorcer

    maintenant père ne surtout jamais en faire un héritage

     

       *  *  *

           2.

     

    Depuis l’horizon qui a été espace de ton absence     

    esquisse ta présence comme une peau de gardien d’ange

     

    Et les grands jours à promener notre parole côte à côte

    cet inconnu dérobé est devenu source de ma voix errante

     

    *  *  *

                3.

     

    Une épreuve labyrinthe s’embrasant

    au chant obstiné des torrents

     

     Habiter cette ivresse

    veiller à l’intensité de vivre

     

    Et à l’autre extrémité des fils

    un legs rebooté

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Tes doigts

    fredonnent ma peau  

    comme autant

    de fleurs de mimosa    

    s’infiltrant    

    à la source de l’âme 

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Le ciel s’obscurcit

    la mer déchaîne voix de ténèbres

    ses convulsions hargneuses

    écument sur la laisse                                             

    des rêves décharnés

     

    La tempête aborde

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •   

    Écrire 

    c’est vibrer

    à la bonne tension 

    sur le faufil des mots 

     

    Assembler

    en une dimension nouvelle

    la laize

    de leur chant                                                                            

     

    Surfiler

    les lisières

    de nos insurrections

    et étoffer notre émerveillé

     

    En quelque sorte

    des points de reprises de soi     

    dans le tissu du monde

    cet éloigné familier

         

    Écrire   

    ajuster

    les emmanchures

    du voilage de notre altérité

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    1 commentaire
  •  

     

    J’écris

    dans les interstices du temps

    dans les précipices du feu

    d’un monde beaucoup trop bruyant

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    MER D’ENCRE

     

    Si la mer

    était d’encre

    elle ne suffirait pas

    à écrire toutes les fortunes des hommes

    ni l’étendue du souffle de l’univers

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Un va et vient

    le long de nos lignes de partage

    baignant nos imaginaires

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Tu attends en vieux sage d'abriter un ancêtre 

    qui viendra nourrir de l'eau de son âme 

    l'outre-vie de tous ceux  

    qui précédèrent et firent Terre 

    et nourrir l'outre de vie 

    de ceux à venir 

     

     Parole tissée avec un fil du poème "Arbre" de  Imasango - Sète - "Paroles gravées" - Voix Vives 2016  

     

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire
  • VERSETS POUR ROKIA

                                           à la divafricaine

     

    Musique du frémissement

    soie révélant le doux de la flamme balsamique

     

    Les accords effleurés sur la kora

    sont échos du psalmodié sucré de tes mots

    vibrations profondes de fleurs de lumière

    honneur des ancêtres éclosant de la terre

     

     

    Partager via Gmail Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires